De la musique oui... Des textes aussi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Lun 13 Déc 2010 - 11:26

Juste un topic afin d' y mettre les textes de chansons qui ont du corps comme de l'esprit...

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Lun 13 Déc 2010 - 11:26

LOFOFORA : Amnes' History :

Comment pourrais-je oublier alors encore enfant à l'école "Nuit et Brouillard" sur l'écran ?
Dans le noir nos yeux hagards ne comprenaient pas comment nos grands parents avaient laisser faire ça.
Un tyran, un fou, héros d'une nation, œuvrant ouvertement pour l'extermination d'une population désignée responsable d'office, accusée, coupable, offerte en sacrifice à tout un pays affamé de pain et de gloire.
Ils semblaient fiers de l'infamie, certains de la victoire, usant de la folie, poussant à l'agonie les victimes choisies.
Peu d'espoir de survie dans les camps de la mort, pire que du bétail, je n'crois pas qu'il s'agisse là d'un simple point de détail, furent bâtis les plus grands abattoirs de l'histoire.
Dans d'étranges laboratoires d'obscurs docteurs mettaient un point d'honneur à cultiver l'horreur, sourds au cris de douleur d'un peuple qui meurt pour la sauvegarde de la race blanche.
Et le cauchemar recommence. Les somnambules reculent, alerte à la démence, comme un hasard de l'histoire, le cauchemar recommence.
Comment pourrais-je oublier quand, 50 ans plus tard, ressortais des placards le même vieux scénar'.
On avait juste changé le nom des protagonistes, pour faire le vide, on ne dit plus génocide, mais purification ethnique, et on nous explique que l'on a rien à craindre et pas de temps à perdre, chacun sa merde !
A trop s'en foutre nous sommes devenus des lâches complices inactifs d'une nouvelle tâche.
Dans les livres d'histoire quelques pages qu'on arrache, mais quelque part, dans notre mémoire se cachent les images d'un carnage qui reviennent en flash.
Aujourd'hui un foyer d'immigrés incendié en Allemagne partout en Europe, en Italie comme en Espagne, ici, en France, c'est une évidence le cauchemar recommence
Qui sera demain la cible des racistes irascibles ?
Qui seront les coupables ?
Qui seront les victimes ?
Du même crime perpétué contre l'humanité qui devra prouver qu'il a le droit d'exister ?
Qui pourra alors s'en foutre, devenir un lâche complice inactif d'une nouvelle tâche ? Qu'allons nous dire aux enfants quand ils ne comprendrons pas, comment nous aussi avons laissé faire ça, pour la sauvegarde de la race blanche ?
Que le cauchemar recommence.


Dernière édition par sypnos le Lun 13 Déc 2010 - 12:23, édité 1 fois

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Lun 13 Déc 2010 - 11:34

H.F. THIEFAINE : Eloge De La Tristesse

Tu vides des packs de mauvaise bière
bercé par france-télévision
qui t'offre ses documentaires
sur les stations d'épuration
même l'été sous la canicule
t'as froid dans ton thermolactyl
et tu pleures au milieu des bulles
de ton sushi rayé des îles

apprends donc à tenir ta laisse
t'es pas tout seul en manque de secours
la tristesse est la seule promesse
que la vie tient toujours

t'as pas appris dans ton enfance
l'amour la joie ni le bonheur
t'as juste étudié l'arrogance
dans l'angoisse la honte & la peur
ton fax fixe un démon qui passe
à l'heure où tout devient trop clair
où tu contemples dans ta glace
une certaine idée de l'enfer

apprends donc à tenir ta laisse
t'es pas tout seul en manque de secours
la tristesse est la seule promesse
que la vie tient toujours

peut-être qu'un jour chez norauto
tu verras ta reine arriver
au volant de la stéréo
d'un tuning-car customisé
mais l'amour s'use à la lumière
et les louttes sont toutes un peu louffes
elles te feront jouer du somnifère
dans un h.p avec les oufs

apprends donc à tenir ta laisse
t'es pas tout seul en manque de secours
la tristesse est la seule promesse
que la vie tient toujours

peut-être qu'en smurfant sur ta folie
tu deviendras l'idole des bas-fonds
à qui le branleux tout-paris
fera sa standing ovation
mais d'applauses en salamalecs
de backstages en mondanités
la réussite est un échec
pour celui qui veut plus danser

apprends donc à tenir ta laisse
t'es pas tout seul en manque de secours
la tristesse est la seule promesse
que la vie tient toujours


Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Mar 14 Déc 2010 - 22:12

Jean-Patrick Capdevielle "Les Rues Jaunes" album: "2" (1980)
genre: Pop, Rock


Quand t'auras trainé trop longtemps dans les rue jaunes
En d'ssous du soleil qui sanglote
Et quand l'ironie viendra pour te d'mander l'aumône
Si t'as peur, salut !
Quand même l'absurdité te donnera plus de réponse
Quand y aura l'trottoir sous tes pieds qui s'enfonce.
Si t'es seul dans l'corridor, si tes cauchemars te donnent tort
Si tu trouves rien d'assez fort pour continuer.

Viens pas d'mander qui t'a trainé là... Tu disais faut qu'j'suive personne
Maintenant tes voix t'abandonnent
Tu seras bientôt qu'un fantôme fatigué...
Qu'personne voit passer, qu'personne voit passer.

Quand t'auras trop longtemps payé la reine aux mains blanches
Quand les gens d'la ville pourront faire croire
Qu'on doit toujours tricher pour s'offrir la chance au prix d'la vertu
Quand ils t'auront laissé le cerveau plus lourd qu'une pierre
Quand ton ordonnance vaudra rien depuis hier
Si la peur colle à tes doigts, si ta mémoire est au froid
Si personne a besoin d'toi pour continuer

Viens pas d'mander qui t'a trainé là... Tu disais faut qu'j'suive personne
Maintenant tes voix t'abandonnent
Tu seras bientôt qu'un fantôme fatigué...
Qu'personne voit passer, qu'personne voit passer.

(Guitare solo)

Viens pas d'mander qui t'a trainé là... Tu disais faut qu'j'suive personne
Maintenant tes voix t'abandonnent
Tu seras bientôt qu'un fantôme fatigué...
Qu'personne voit passer, qu'personne voit passer.

Quand tu r'connaitras plus les ombres autour de la gare
Quand tu viendras tout seul pour ach'ter ton ticket
Juste avant l'heure du départ, et qu'tout s'ra vendu...
Quand tu devras t'retourner pour savoir d'où tu viens
Quand tu sauras qu'on n'échappe jamais à rien
Si t'oublies tout c'que t'as cru, si tu dis qu't'as tout perdu
Si personne t'indique la rue pour continuer.

Viens pas d'mander qui t'a trainé là... Tu disais faut qu'j'suive personne
Maintenant tes voix t'abandonnent
Tu seras bientôt qu'un fantôme fatigué...
Qu'personne voit passer, qu'personne voit passer.


Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Ven 17 Déc 2010 - 10:46

Très beau texte.... Wink

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Ven 17 Déc 2010 - 10:50

CRADLE OF FILTH : Cruelty Brought Thee Orchids


Hear Me now!
All crimes should be treasured if they bring thee pleasure somehow...

Maleficent in dusky rose
Gathered satin lapped Her breasts
Like blood upon the snow
A tourniquet of Topaz
Glistened at Her throat
Awakening, pulled from the tomb
Her spirit freed eclipsed the moon
That She outshone as a fallen star
A regal ornament from a far flung nebular

Her likeness hung in the black gallery
Commanding unease
Demanding of Death to breathe...

Midst the whirl and daylight fauna
Of society at court
Elizabeth bedazzled, Her presence sought applause
Though Her torchlit shadow
Thrown upon damp cellar walls
Greeted nothing but despair from slaves Her nights enthralled

Thirteen Winter solstices had shown
Her path, that the dark
Had marked its dominion
Spaying the confessor
Whose caresses she'd known,
As whipcord in the House of Dog
Her cold cunt meat on holy bone

Raped of faith, She now embraced
The narcissistic unrest frozen on the mirror's face
With this disdain, inside these veins
(Highborn wanton that She was)
She sought to keep what age would claim
Her soul was sold and for this toll
Reeking pyres ever smouldered
On the whims of one so in control
Elizabeth, mysterious.
Cruelty brought thee orchids
From the bowels of the abyss

Once upon atrocity when midwitches stifled cries
And carved abortive runes in reddened wombs
Exhumed by scrying eyes
Madness came upon
Her like an amourous lover's seed
Lifesblood splashed upon Her skin
In gouts torture unleashed

And to Her dead reflection
Twas as if Her pallor gleamed
Like an angel's warmed by candles
Where erotic stains had cleaved
So demons dragged this libertine
Lusts screaming for release
Upon the flesh of maidens preened
As canvas for caprice

Exacting obeisance
Her gaze held a seance
Of spirits too trapped under glass to commune
A sleeter mistress than Luna
Whose threats to consume Her
Met with torments giving vent to Her swoon

Flat on Her back
Pack-prey for the reams
Of verses and curses
That haunted Her dreams
Midnightmare chimed
Thirteen in Her mind
A disciple of scars
Branded years hissed behind
Ridden split-thighed
By the Father of lies
An ovation of wolves
Blushed the skies as they writhed

But Heaven is never forever
She came, a spent storm
From the clouds...

Leaving serpents in office
Inside every gate
To lick righteous holes
Blinding Lords to the fate
Of virgins forced naked
To defile on rent knees
Hacked and racked backwards
Menses choking their pleas

"More. Whore. More.
Twitching make me wet with thee
Carcass rub me raw"

And to Her dead reflection
Twas as if Her pallor gleamed
Like an angel's warmed by candles
Where erotic stains had cleaved
So demons dragged this libertine
Lusts screaming for release
Upon the flesh of maidens preened
As canvas for caprice

Raped of faith, She now embraced
The narcissistic unrest frozen on the mirror's face
With this disdain, inside these veins
(Highborn wanton that She was)
She sought to keep what age would claim
Her soul was sold and for this toll
Reeking pyres ever smouldered
On the whims of one so in control
Elizabeth, mysterious.
Cruelty brought thee orchids
From the bowels of the abyss
From the bowels of the abyss


L'un des plus beau texte gothique du groupe...

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Ven 17 Déc 2010 - 16:43

sypnos a écrit:CRADLE OF FILTH : Cruelty Brought Thee Orchids



L'un des plus beau texte gothique du groupe...

à défaut d'art Goth, je maîtrise plus l'argot G-smiley Wink

Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Ven 17 Déc 2010 - 19:41

zorglub2a a écrit:
sypnos a écrit:CRADLE OF FILTH : Cruelty Brought Thee Orchids



L'un des plus beau texte gothique du groupe...

à défaut d'art Goth, je maîtrise plus l'argot G-smiley Wink

Serais-tu maître es Argot Question

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Ven 17 Déc 2010 - 20:10

sypnos a écrit:
zorglub2a a écrit:
sypnos a écrit:CRADLE OF FILTH : Cruelty Brought Thee Orchids



L'un des plus beau texte gothique du groupe...

à défaut d'art Goth, je maîtrise plus l'argot G-smiley Wink

Serais-tu maître es Argot Question
juste ès cargo G-smiley Wink

Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Jeu 24 Mar 2011 - 20:19

Zorg Wink m'a envoyé ce très beau texte de Brassens alors voilà :

"La rose, la bouteille et la poignée de main"

Cette rose avait glissé de
La gerbe qu'un héros gâteux
Portait au monument aux Morts.

Comme tous les gens levaient leurs
Yeux pour voir hisser les couleurs,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route et m'en allai quérir,
Au p'tit bonheur la chance, un corsage à fleurir.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder une rose par-devers soi.

La première à qui je l'offris
Tourna la tête avec mépris,
La deuxième s'enfuit et court
Encore en criant "Au secours! "

Si la troisième m'a donné
Un coup d'ombrelle sur le nez,
La quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Fleurir de belles inconnu's.

On est tombé bien bas, bien bas...

Et ce pauvre petit bouton
De rose a fleuri le veston
D'un vague chien de commissaire,
Quelle misère!
Cette bouteille était tombé'
De la soutane d'un abbé
Sortant de la messe ivre mort.

Une bouteille de vin fin
Millésimé, béni, divin,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route en cherchant, plein d'espoir,
Un brave gosier sec pour m'aider à la boire.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder du vin béni par-devers soi.

Le premier refusa mon verre
En me lorgnant d'un œil sévère,
Le deuxième m'a dit, railleur,
De m'en aller cuver ailleurs.

Si le troisième, sans retard,
Au nez m'a jeté le nectar,
Le quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête, d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Trinquer avec des inconnus.
On est tombé bien bas, bien bas...

Avec la bouteille de vin fin
Millésimé, béni, divin,
Les flics se sont rincé la dalle,
Un vrai scandale!
Cette pauvre poigné' de main
Gisait, oubliée, en chemin,
Par deux amis fâchés à mort.

Quelque peu décontenancé',
Elle était là, dans le fossé.
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route avec l'intention
De faire circuler la virile effusion,
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Qu' de garder une poigné' de main par-devers soi.

Le premier m'a dit: "Fous le camp !
J'aurais peur de salir mes gants."
Le deuxième, d'un air dévot,
Me donna cent sous, d'ailleurs faux.

Si le troisième, ours mal léché,
Dans ma main tendue a craché,
Le quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Serrer la main des inconnus.

On est tombé bien bas, bien bas...
Et la pauvre poigné' de main,
Victime d'un sort inhumain,
Alla terminer sa carrière
A la fourrière!


G. Brassens

Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Jeu 24 Mar 2011 - 20:48

Sypnos a écrit:Zorg Wink m'a envoyé ce très beau texte de Brassens alors voilà :

"La rose, la bouteille et la poignée de main"

Cette rose avait glissé de
La gerbe qu'un héros gâteux
Portait au monument aux Morts.

Comme tous les gens levaient leurs
Yeux pour voir hisser les couleurs,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route et m'en allai quérir,
Au p'tit bonheur la chance, un corsage à fleurir.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder une rose par-devers soi.

La première à qui je l'offris
Tourna la tête avec mépris,
La deuxième s'enfuit et court
Encore en criant "Au secours! "

Si la troisième m'a donné
Un coup d'ombrelle sur le nez,
La quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Fleurir de belles inconnu's.

On est tombé bien bas, bien bas...

Et ce pauvre petit bouton
De rose a fleuri le veston
D'un vague chien de commissaire,
Quelle misère!
Cette bouteille était tombé'
De la soutane d'un abbé
Sortant de la messe ivre mort.

Une bouteille de vin fin
Millésimé, béni, divin,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route en cherchant, plein d'espoir,
Un brave gosier sec pour m'aider à la boire.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder du vin béni par-devers soi.

Le premier refusa mon verre
En me lorgnant d'un œil sévère,
Le deuxième m'a dit, railleur,
De m'en aller cuver ailleurs.

Si le troisième, sans retard,
Au nez m'a jeté le nectar,
Le quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête, d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Trinquer avec des inconnus.
On est tombé bien bas, bien bas...

Avec la bouteille de vin fin
Millésimé, béni, divin,
Les flics se sont rincé la dalle,
Un vrai scandale!
Cette pauvre poigné' de main
Gisait, oubliée, en chemin,
Par deux amis fâchés à mort.

Quelque peu décontenancé',
Elle était là, dans le fossé.
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route avec l'intention
De faire circuler la virile effusion,
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Qu' de garder une poigné' de main par-devers soi.

Le premier m'a dit: "Fous le camp !
J'aurais peur de salir mes gants."
Le deuxième, d'un air dévot,
Me donna cent sous, d'ailleurs faux.

Si le troisième, ours mal léché,
Dans ma main tendue a craché,
Le quatrième, c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Serrer la main des inconnus.

On est tombé bien bas, bien bas...
Et la pauvre poigné' de main,
Victime d'un sort inhumain,
Alla terminer sa carrière
A la fourrière!


G. Brassens



(demain réception du DVD que j'ai commandé)

mes esgourdes vont s'en délecter Very Happy



Dernière édition par zorglub2a le Jeu 24 Mar 2011 - 21:21, édité 1 fois

Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Jeu 24 Mar 2011 - 20:54

En ces temps devenus complètement absurdes...


"La ballade des gens qui sont nés quelque part"


C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages
Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est être habités
Et c'est être habités par des gens qui regardent
Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
La race des chauvins, des porteurs de cocardes
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
Qui vous montrent leurs tours leurs musées leur mairie
Vous font voir du pays natal jusqu'à loucher
Qu'ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
Ou du diable vauvert ou de Zanzibar
Ou même de Montcuq il s'en flattent mazette
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

Le sable dans lequel douillettes leurs autruches
Enfouissent la tête on trouve pas plus fin
Quand à l'air qu'ils emploient pour gonfler leurs baudruches
Leurs bulles de savon c'est du souffle divin
Et petit à petit les voilà qui se montent
Le cou jusqu'à penser que le crottin fait par
Les chevaux même en bois rend jaloux tout le monde
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

C'est pas un lieu commun celui de leur connaissance
Ils plaignent de tout coeur les malchanceux
Les petits maladroits qui n'eurent pas la présence
La présence d'esprit de voir le jour chez eux
Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

Mon dieu qu'il ferait bon sur la terre des hommes
Si on y rencontrait cette race incongrue
Cette race importune et qui partout foisonne
La race des gens du terroir des gens du cru
Que la vie serait belle en toutes circonstances
Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards
Preuve peut-être bien de votre inexistence
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

G. Brassens (encore lui)



Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Sam 14 Mai 2011 - 0:38

Encore un petit café (H-F. Thiefaine)

Encore un p'tit café
Pour te tenir debout
Quand la fille d'à côté
Te suspend à un clou
Pour aller s'enivrer
Avec un autre hibou
Pour aller s'accoupler
Avec une autre bête

Encore un p'tit café
Pour te tenir le coup
Essayer de penser
Que tu ne penses plus du tout
Depuis que la môme d'en face
T'as laissé comme un trou
Avec à la surface
Le vide de la vie
Et l'ennui de la nuit

Tu veux pas une Goldo
Ou bien n'importe quoi
Un de ces machins qui se fument
Ou un de ces trucs comme ça
Qui te feront oublier
Qu'y a cette croqueuse de rats
Qui t'a laissé tomber

Encore un p'tit café
Pour te tenir debout
Avant de retourner
T'ensevelir dans ton trou
Avant d'aller rêver
Que tu es lumineux
Heureux
Heureux
Encore un p'tit café


Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Sam 14 Mai 2011 - 1:59

Sypnos a écrit:Encore un petit café (H-F. Thiefaine)

Encore un p'tit café
Pour te tenir debout
Quand la fille d'à côté
Te suspend à un clou
Pour aller s'enivrer
Avec un autre hibou
Pour aller s'accoupler
Avec une autre bête

Encore un p'tit café
Pour te tenir le coup
Essayer de penser
Que tu ne penses plus du tout
Depuis que la môme d'en face
T'as laissé comme un trou
Avec à la surface
Le vide de la vie
Et l'ennui de la nuit

Tu veux pas une Goldo
Ou bien n'importe quoi
Un de ces machins qui se fument
Ou un de ces trucs comme ça
Qui te feront oublier
Qu'y a cette croqueuse de rats
Qui t'a laissé tomber

Encore un p'tit café
Pour te tenir debout
Avant de retourner
T'ensevelir dans ton trou
Avant d'aller rêver
Que tu es lumineux
Heureux
Heureux
Encore un p'tit café

après un bon coup de spleen le moral ne peut que remonter à la surface et où il y fait beau Wink

Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme le Jeu 14 Juil 2011 - 11:35

ZAZIE : Si J'étais Moi.


Si j'étais moi,
Ni la montagne à gravir
Au bord du vide, la neige à venir
Ne me feraient peur

Si j'étais moi
Ni les pages à écrire
Ni de trouver les mots pour le dire
Ne me feraient peur

Mais je me lâche la main
Je m'éloigne de moi
Je me retrouve au matin
Sur la mauvaise voie
Quand on se perd en chemin
Comment venir à bout
De ces efforts inhumains
Qui nous mènent à nous

Si j'étais moi
Ni les démons que je cache
Les idées noires, les flammes que je crache
Ne me feraient peur

Mais je me lâche la main
Je m'éloigne de moi
Je me retrouve au matin
Sur la mauvaise voie
Quand on se perd en chemin
Comment venir à bout
De ces efforts inhumains
Qui nous mènent à nous

Si j'étais moi
Tout ce que j'ai sur le cour
Ce que je fais de pire et de meilleur
Ne me feraient peur

Si j'était moi
Ce que je fais de pire et de meilleur
Ferait mon bonheur


Anonyme
Super Mega Moule
Super Mega Moule

Messages : 3724
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Anonyme 2 le Jeu 25 Aoû 2011 - 13:36

Taxman

One, two, three, four...
Hrmm!
One, two, (one, two, three, four!)

Let me tell you how it will be;
There's one for you, nineteen for me.
'Cause I’m the taxman,
Yeah, I’m the taxman.

Should five per cent appear too small,
Be thankful I don't take it all.
'Cause I’m the taxman,
Yeah, I’m the taxman.

(if you drive a car, car;) - I’ll tax the street;
(if you try to sit, sit;) - I’ll tax your seat;
(if you get too cold, cold;) - I’ll tax the heat;
(if you take a walk, walk;) - I'll tax your feet.

Taxman!

'Cause I’m the taxman,
Yeah, I’m the taxman.

Don't ask me what I want it for, (ah-ah, mister Wilson)
If you don't want to pay some more. (ah-ah, mister heath)
'Cause I’m the taxman,
Yeah, I’m the taxman.

Now my advice for those who die, (taxman)
Declare the pennies on your eyes. (taxman)
'Cause I’m the taxman,
Yeah, I’m the taxman.

And you're working for no one but me.

Taxman!


George Harrison

Anonyme 2
Escargot
Escargot

Messages : 1534
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 51
Localisation : A million miles away !

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la musique oui... Des textes aussi...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum